Bienvenue !

Bienvenue sur "Kutsushita 07" (ou Chaussette 2007).

Ce blog, ou archive, fait partie d'un réseau de blogs de voyage écrits par votre Seigneurie, Moua, j'ai nommé Vivi, passionnée par l'Asie, l'écriture, et fan du chanteur GACKT. J'ai séparé mes voyages par années, autrement les blogs étaient trop longs et c'était fastidieux de s'y retrouver. Comme son nom l'indique, vous ne trouverez ici que mes deux voyages au Japon en 2007. Pour les suivants, voyez les liens.

La page d'accueil et blog en cours, dont les posts sont archivés sur un nouveau blog à chaque nouvelle année, est :
http://ebikutsushita.blogspot.com

Aide à la navigation : les posts sont classés du plus vieux au plus récent sur tous les blogs.

lundi 22 octobre 2007

Retour

A 3h du mat, quelqu’un sonne à la porte plusieurs fois, frénétiquement. On pense qu’il va arrêter mais finalement il arrête pas alors Emi se lève pour ouvrir… j’entends "神様! ごめん !ごめんなさい!" [Oh mon dieu ! Pardon ! Pardon !] en fait c’était une dame qui s’était trompée de chambre !

Réveil tôt. C’était dur. On est allées prendre la limousine bus (encore ce nom !) et direction aéroport, sous un soleil magnifique… Dans l’avion, notre voisin était un dieu(j’ai lorgné sur sa carte de désembarquement quand il notait son nom), qui a pas osé me demander s’il pouvait aller aux toilettes jusqu’à ce qu’on soit à 40 minutes de Paris. Un bon séjour se terminant sur la vision de Beauté Sublime dans cet avion… et retour dans les couloirs de vaisseau spatial, à Paris, la ville que je déteste à un point assez impressionnant.

Prochain voyage quand je le pourrai.

dimanche 21 octobre 2007

Youpiie

Hier :
Impossible de retourner sur Tokyo sans payer, malgré le JR Pass, car problème de dates. Je ne donnerai pas de détails on s'est assez disputées à ce sujet avec Emi. On a passé bien 2h dans la gare de Kyoto pendant que le contrôleur essayait d’arranger les choses.

Une fois à Tokyo, on a dû trouver la bonne tour dans le Prince Hotel à Shinagawa. On a fait le tour pas mal de fois !

On a pu monter à la chambre, c’était pas du luxe du tout ! Enfin bref, on peut pas toujours avoir ce qu’on veut… Y avait même pas de connexion internet !

A cause du manque d’argent, je sais ce qui m’attend pour le reste des vacances : rester dans les alentours de l’hôtel.

Emi est allée se balader quelque part dans Tokyo.

Today :

Super(ironique) journée passée seule à Shinagawa… Je suis allée au McDo pendant qu’Emi était à Shibuya ou Harajuku, je me rappelle pas. Le soir elle m’a retrouvée à l’hôtel pour aller manger dans un resto de ramen. Y avait un groupe de 4 vieux complètement saouls à côté de nous, qui nous ont fait la causette pendant 1h et on comprenait rien !

vendredi 19 octobre 2007

Mais LOL euh

Il pleut horriblement fort et j’ai pas de parapluie. On est allées à la baie de Osaka pour voir l’aquarium. J’étais un peu malade mais j’ai apprécié quand même. Puis on est rentrées à l’hôtel pour retrouver Taka, une amie d’Emi rencontrée le 7 octobre, et aller au karaoké. On a passé une super soirée, malheureusement trop courte.


Voici le temps MAGNIFIQUE (...) qu'il faisait...


L'archi mini chibi, "Japan Size" PIZZA que Emi s'est achetée à l'aquarium. La mauvaise surprise du siècle.


Notre délicieux repas dans la chambre insonorisée du karaoké.

jeudi 18 octobre 2007

piiim

McDo dans Shinsaibashi : la plus grosse difficulté est de le trouver. Emi voulait que ce soit moi qui demande notre chemin, d'où une dispute.

On a passé une journée tranquille à faire les boutiques à Osaka. Le soir on a retrouvé Ayumi et on est allées dans un vieil immeuble plein de restaurants partout. On est passées mille fois devant le même et le serveur disait chaque fois "buenos dias" ! Il croyait qu’Emi était espagnole. On essayait chaque fois de trouver un autre endroit par où passer mais on n’y coupait quand même pas toujours.


MIAM !!!

P.S : la brosse à dents d'Emi a été désinfectée par le staff de l'hôtel cet après-midi... on l'a retrouvée dans un sachet "Disinfected"... WTF ??

P.P.S : je suis malade.

P.P.P.S ajouté 8 mois plus tard : PHOTO de la chambre d'hôtel :

(Emi j'ai posté ton côté parce que sur la photo du mien il y avait un incroyable bordel)

mercredi 17 octobre 2007

post en retard

16 octobre :

On est allées à la poste ce matin et le patron nous a offert une poignée de bonbons, dont certains au café absolument répugnants. Puis, repas et prise de bus pour aller au temple d’or. On sort du bus et Emi se coince le dos. L’horreur. Elle pouvait plus bouger, on est rentrées à l’hôtel le plus vite possible, en taxi. Elle a dormi 3h et après on est quand même allées au temple, qu’on a pu voir au coucher du soleil. Très beau. Puis quand on est sorties, on a repris le bus, direction l’autre bout de la ville, à Gion. On s’est baladées un bon moment et Emi a pris une photo dans une ruelle très sombre, donc le flash a tout illuminé et on avait pas vu mais y avait une cycliste qui arrivait droit devant. Quand elle est passée à côté de nous elle nous a traitées de tous les noms. On n’y pouvait rien, elle roulait phares éteints !
Y a des araignées à tous les poteaux et lampadaires qu’on voit. Beurk.

Ce soir, ballade dans la rue principale à nouveau. En passant vers les salles d’arcades (vides ! Incroyable !), on trouve des UFO catcher (vous savez, ces machines avec des objets à l’intérieur et il faut diriger une pince pour les attraper). A l’intérieur il y a vraiment de tout… des peluches ultra mignonnes aux PS3 ! Emi essaie d’avoir une peluche adorable et comme elle y arrive pas, un employé (ou le patron, j’en sais rien), vient et ouvre la machine, pour mettre la peluche plus près de l’ouverture… et cela jusqu’à ce qu’elle tombe et qu’Emi puisse l’avoir ! Merci monsieur !


17 octobre

Il a fallu se lever de nouveau ! Gnééé ! Direction Osaka, pour changer d’hôtel. On a pris le taxi puis on a déposé nos bagages et on est retournées à la gare pour rentrer à Kyoto, car on avait de loin pas tout vu et en plus il fallait qu’on voie Ayumi, une correspondante d’Emi. Elle nous attendait à la station quand on est arrivées.

On est allées se balader sur les bords de la rivière après être allées manger dans un resto paumé dans un coin. La ballade nous a conduites jusqu’aux jardins zen. Là, pour se promener dans les bâtiments on devait être à pied nus, mais pour aller dehors on devait mettre des pantoufles en plastique rouge. Très élégant. Elles glissaient tout le temps de mes pieds.

Quand on a eu fini de visiter les jardins on a voulu retourner dans le bâtiment mais le portail s’était refermé ! Fou rire jusqu’à ce qu’on comprenne comment il fallait l’ouvrir. Un type souriait jusqu’aux oreilles en nous regardant.

Après ça on est allées à Gion puis au centre-ville pour un karaoké.

21h

Retour à Osaka, découverte de notre chambre d’hôtel. Nos "espaces" sont séparés par la salle de bains, donc a un peu notre chambre privée. Par contre, le frigo est de mon côté, donc c'est moi qui vais entendre les "bzzz... BRRRRRRRRR" toute la nuit.
Les toilettes c’est celles du futur ! YAY !

 
Oui, vu comme ça, ça a l'air dégueu, mais c'est un des meilleurs plats que j'aie mangé dans ma vie.

 
on dirait un montage.

lundi 15 octobre 2007

Kyoto

Argh il a fallu se lever !
Prise du shinkansen à 9h06 à Tokyo Station. Emi m’a fait découvrir des trucs très bizarres à manger : c’est frit, au curry, et dedans c’est apparemment une purée au poulet.

Dans le shinkansen, il a fallu trouver un coin pour mettre nos valises. La prochaine fois que je quitte la ville j’accepte le service de Sabrina : qu’elle garde ma valise chez elle pendant que je prend un sac à dos !3h de train plus tard, arrivée, prise de taxi et découverte de l’hôtel. Du hall, parce que les chambres sont pas encore prêtes.


Valises déposées, elles seront montées aux chambres par le personnel. Cet hôtel se trouve pile en face de l’ancien palais impérial. On est donc allées se balader dans les jardins, on a marché environ 2h dans l’herbe, à savourer la vue magnifique autour de nous… si on exclut les araignées atroces qui pendent des arbres.

Il y a des petits étangs partout dans ces jardins, c’est vraiment trop beau. On a pu assister à un coucher de soleil sublime.

Une fois sorties des jardins, on s’est enfilées dans le métro pour aller en ville. Le temps qu’on ressorte il faisait nuit. On voit le ciel ! Pas de grands immeubles. Verdure partout, pas de nuages… Les hosts pullulent dans la rue principale. Il y a un monde fou et beaucoup d’étrangers.

Après le repas il a fallu retrouver notre station de métro, heureusement que j’ai un sens de l’orientation assez développé.

On a pu découvrir l’hôtel une fois de retour : on a une chambre avec deux vrais lits, très durs (je me suis jetée sur le mien et j’ai cru que mon dos était détruit) et on la capsule de sous-marin pour toilettes (pas futuristes). Télé, bureau, petite table, chauffe-eau.

C'est terrible, tout ce qu'on voit, on l'associe à You, en disant "oh You est sûrement allé à l'école là... il devait avoir cet uniforme, regarde, ce gosse lui ressemble"...
Folles, nous ? Non. Pas du tout. On est dans sa ville d'origine, c'est normal.

MWAHAHAHAHAHAH Emi tu devrais ranger ton lit.

dimanche 14 octobre 2007

Move your ass !

Petit passage rapide dans un immeuble de boutiques à Shinjuku le matin(LOL le costume daikon), puis on a retrouvé Sabrina à 16h30 à la station de Tamachi, pour aller à la soirée "Alamode Night", spécial Halloween. J’avais peur de pas être assez habillée goth, mais finalement ça allait. J’ai juste dû forcer sur le maquillage noir sur les yeux en arrivant à la boîte.

C’était une disco, mais il y avait 6 étages, et des concerts régulièrement. J’ai jamais passé autant de temps à reluquer tout autour de moi, un vrai nid à beautés.

Le premier concert qu’on a vu était celui d’un groupe tout nouveau, Marlee. Assez bien. Ils étaient motivés et se prenaient pas trop au sérieux. Après on est montées au dernier étage(je compte plus le nombre de fois qu’on a pris cet ascenseur ce soir-là, en plus les portes se fermaient super vite et plus d’une fois j’ai failli me coincer dedans) et on a bavé sur des photos d’un chanteur (Hakuei), photos accrochées au mur. On est redescendues, pour aller voir une pièce de théâtre très, très, très spéciale… pour tout dire, à la fin les filles se retrouvent à poil sur la scène, avec un drap sur la tête et jouent aux poupées de chiffon. Assez malsain comme truc. Surtout quand on comprend rien à l’histoire.
C’est là que j’ai rencontré Ivi, un musicien, qui a disparu par la suite.

Après la pièce il y a eu de la musique et… Sabrina est entrée en transe. Avec Emi on était mortes de rire. Elle dansait comme une folle au milieu des gens immobiles et y avait un photographe qui la mitraillait. D’autres cinglés sont venus la rejoindre dans sa danse.
Y avait une fille qui portait un corset qui devait bien lui faire un tour de taille de 50 cm… mais la fille était grosse et y avait toute sa peau qui sortait du corset, c’était immonde !

Et une autre fille avec un corset aussi mais sa taille devait faire 30 centimètres maxi. Je sais pas si c’est possible, enfin on avait l’impression de pouvoir en faire le tour avec nos mains. Et elle portait son corset avec des bottes en cuir et un string et…c’est tout. Le guitariste de Marlee est venu s’asseoir à côté de moi pendant qu’Emi était repartie quelque part dans la pièce. J'ai rempli un questionnaire qu'il m'a donné, il était très content de voir qu'une étrangère avait assisté à leur show.

Après ça on est retournées au 2ème étage où le groupe allemand Glitter Klinik allait commencer son show.

J’ai jamais vu un concert aussi ridicule de toute ma vie. C’était grotesque. Leurs paroles se limitaient à "Move your ass" ou "I like you ‘cause you’re transsexual". Ils étaient vulgaires, moches… Sabrina, Emi et moi étions pliées de rire… et Ivi dansait comme un fou dans la fosse, heureusement après il a préféré revenir vers moi. Je pense que c’est quand il a fini par comprendre les paroles. (Je précise que je suis toujours en contact avec lui 2 ans plus tard.)

samedi 13 octobre 2007

Hakone

Journée "Trajets".
Ikebukuro - > Shinjuku -> Odawara.
J’ai eu le coup de pompe de la mort dans ce train. Ça m’était jamais arrivé. J’arrivais pas à garder les yeux ouverts.

Odawara

THE moment mythique.
Sur le quai, on attend le train qui nous mènera à Hakonemachi.
On est déjà loin de la ville, il y a des montagnes pleines d’arbres partout.
Il y a un train qui est déjà là et on sait pas si c’est le nôtre. Un type arrive pour nous dire qu’on doit pas monter dedans. Ok.

Soudain il se tourne et voit que, loin sur le quai, un couple de très vieux siphonnés s’apprête à monter dans le train.

Avec Emi on a vu la scène au ralenti. Le type a ouvert des immenses yeux paniqués et a hurlé "CHOTTO !" avant de se mettre à courir comme un malade en gueulant encore plus fort "CHOOOOOTTOOOOOOOOO !"

Les vieux ont frôlé l’arrêt cardiaque et tout le monde regardait le type.

Apparemment les vieux ne devaient à aucun prix monter. Je crois, si je me souviens bien, que s’ils s’étaient approchés, les portes se seraient refermées sur eux.

J’ai rarement autant ri.

Hakonemachi

On a pris un train-câble qui monte dans les montagnes. Plus on avançait plus il faisait froid. A chaque contour le train devait se détacher pour repartir dans l’autre sens, c’était incroyablement chiant et pas rassurant du tout. Age de pierre, bonjour.

Gora

Il y a des drapeaux suisses, des petits chalets et un café appelé Café St. Moritz autour de la gare. Je suis vraiment au Japon ou je suis rentrée chez moi ?
Prise de funiculaire jusqu’à Sunzan.


Dans la télécabine depuis Sunzan

On survole des cratères plein de souffre et de fumerolles. Au loin, on peut distinguer le Mt. Fuji et le lac Aishi, notre destination.


Lac Aishi

On a pris le bateau pirate, yay ! Direction Hakonemachi, au coucher du soleil sur le lac entouré de collines et de montagnes. Seule trace de civilisation : les temples qu’on peut apercevoir de ci de là.

C’est juste magnifique.


Hakonemachi, the retour
16h45

On a voulu aller voir le grand temple avant la fermeture… à 17h. On a couru sur la plage (on est passées devant un stand qui vendait des maïs et de la sèche et j’ai crié "Oh, Hamtaro !" en reconnaissant le personnage représenté sur le devant du stand… le vendeur a bien ri).


Au temple, on s’est retrouvées dans un truc incompréhensible. C’était noir de monde. On n’a rien compris. Ils avaient tous des tentes et des valises.
Finalement le temple était fermé donc on n’a pas pu le voir.

On est retournées au débarcadère pour voir à quelle heure était le bus qui nous ramènerait à Odawara et en l’attendant on est allées dans un seven eleven (j’avais faim ! non mais).
Il y avait une énorme araignée sur le panneau horaire des bus.

On a été les dernières personnes à descendre du bus… j’avais plus d’argent pour payer toute la somme et le conducteur a fini par s’impatienter à force d’attendre que j’aie fini de compter mes pièces et il m’a pas fait payer ce qu’il restait.
On a repris le train jusqu’à l’hôtel en délirant à fond sur le "Chotto" du début de la journée.

vendredi 12 octobre 2007

Disneysea

Emi a refusé d’aller dans la Tour de la Terreur. Snif.

A la sortie du parc, on est allées dans une sorte de centre commercial et on cherchait l’étage 1, étrangement depuis le parc on arrivait au 4ème. On a pris l’ascenseur avec deux japonaises et on s’est retrouvées dans un parking, on a pas compris. Plus tard on a quand même trouvé le resto qu’on cherchait, et on parlait, quand soudain la personne à côté de moi me fait : "Vous parlez français ?" en… français. Moi je réalise que non seulement cette japonaise parle ma langue mais qu’en plus c’était celle qui était dans l’ascenseur.


Soir

Dans le train pour rentrer à Ikebukuro, un type s’est assis à côté de moi et l’air de rien louchait dans mon décolleté en se collant à moi.

On a eu des aventures assez drôles, la plus notable étant celle du cyber café, j’ai fait mine de courir dans l’ascenseur en faisant Gnégnégnégnégnégné et y avait quelqu’un dedans. 10 minutes plus tard sur le chemin du retour à l’hôtel, on a été accostées par 15 salarymen voulant faire une photo avec nous. Je me suis enfuie mais Emi a été faible et a cédé, moi je riais plus loin en criant "Dame !"(Pas question !) quand ils me demandaient de venir aussi.

Y a des allemands (je n’ai rien contre les allemands) à l’hôtel qui déshonorent leur pays. Je pense que tout le monde a envie de les mettre dehors tellement ils sont irrespectueux de tout.
D’ailleurs le type chauve entré dans notre chambre il y a quelques jours fait partie du lot.

jeudi 11 octobre 2007

Ginza

Ginza : le quartier des riches. Y a pas d’autre mot.

Passage à la boutique Apple où Emi a craqué sur le dernier Ipod en date.
Ensuite on est allées dans un "supermarché" qui fait plutôt exposition, tellement tout est beau et bien présenté. Et cher. Très cher. Un melon : 105 chf.


A la fin, j’ai laissé Emi aller à Shibuya car on a des goûts divergents en matière de boutiques, et j’avais pas trop envie d’aller dans celles du genre Shibuya 109 pendant toute la soirée. Je suis rentrée mais je me suis baladée un peu à Ikebukuro avant.

mardi 9 octobre 2007

Mwarf

On a voulu aller à Ikebukuro, mais comme le réveil a pas sonné, on a pu oublier. On a retrouvé Sabrina à Shiki en début d’après-midi, Emi est allée chez le coiffeur pendant que j’allais faire les courses avec Sab et que je l’aidais à tout ramener chez elle et à préparer.
On a passé l’aprèm et la soirée chez elle, son chat était moins cinglé que cet été.. quoique.

Les Aventures de Yuurei le Chat : Episode 2.
Il montait sur les meubles et narguait Sabrina de son regard niais (et atrocement chou). Il mettait des poils partout. Sabrina l’a aspergé avec l’Arme Fatale, c’est-à-dire une bouteille d’eau. Puis pour lui faire peur parce qu’il arrêtait pas de gratter à la porte et d’attaquer sauvagement le tapis, Sab s’est allongée derrière lui et a rampé. Il a eu la frousse et est venu se planquer derrière les meubles.

C’était sans compter notre présence, à Emi et moi, car on s’est aussitôt penchées vers lui, et l’animal a été piégé. Il essayait de se faire tout petit en nous regardant avec des yeux énormes.

2h30 du matin

Bip. La sonnerie caractéristique de la climatisation qui se met en marche me réveille. Je somnole un quart d’heure, puis…

Emi : 'tain mais i fait super chaud !
Moi : comment ça se fait ? T'as remis la clim', non ?
Emi : ........ah mais attend, ce kanji c'est "atatakai" ! J'ai mis le chauffage !
Fou rire incontrôlable.

dimanche 7 octobre 2007

Ni !

Réveillées à 11h30, on avait rendez-vous avec Sabrina à Harajuku (YAY !). On avait 20 minutes de retard, mais bon. On a fait des photos de geisha dans un studio (avec maquilleuses, habilleuses, photographe…), j’avais du savon dans l’œil donc mon maquillage coulait, c’était horriblement douloureux.
J’adore porter un kimono. Par contre la perruque, non merci, c’est trop lourd et ça fait mal au bout d’un moment. Et puis le kimono c’est hyper serré, un peu comme un corset alors pour respirer…










Quand on est ressorties on est allées au Starbucks puis on a fait les boutiques, avant d’aller manger au resto. En revenant j’ai acheté une brosse à dents car j’avais effectivement oublié quelque chose à la maison et c’était ça. Me demandez pas comment j’ai fait pour trouver le Seven Eleven coincé en haut d’un escalier. Y avait aucune enseigne et même pas de vitrine.

Retour à l’hôtel

Un type chauve comme un œuf est entré dans notre chambre alors que j’essayais de fermer mon yukata.
Il s’était trompé d’étage. Je pouvais plus me reprendre.

Journée de rêve au pays des merveilles

Aujourd'hui est le Jour Béni, le plus beau jour de ma vie, la raison de ce voyage, ce jour où j'ai pu voir You. Il était l'invité d'un concours de danse pour enfants et ados, en tant que présentateur avec deux des danseurs de Gackt.

*immense soupir de bonheur*

Résumé :
Le réveil sonne à 4h40…

Déjà j’ai une peine monstre à ouvrir les yeux. En me mettant l’oreiller sur la figure, je gémis : "Youkun, je te hais en ce moment précis…"

C’est vrai quoi, on n’a presque pas dormi de la nuit(évidemment, vu qu’il a fallu défaire les bagages hier soir), juste pour le voir… on en a fait des trucs pour lui aujourd’hui… Donc !

A 5h55, après avoir réveillé tout l’hôtel à coup de sèche-cheveux et de discussion, on est allées à la station prendre le train pour Shinjuku.

Une fois là-bas, je me rappelle pas trop quelle heure il était, 7h à peine, on a pris un taxi pour l’immeuble Face, qu’en fait je connaissais très bien mais je m’en rappelais pas – c’était là où les deux hosts croyaient qu’Alex voulait les prendre en photo, cet été. Là, on a vu qu’une vingtaine de personnes attendait déjà, on les a reconnues à leur bracelets principalement. Pratique, les signes distinctifs. Les heures ont passé. On a rencontré les correspondantes d’Emi (dont Taka) ; Sabrina nous a rejointes à 10h30, on a pris les tickets qu'elle nous a amenés, et on a attendu : c’était marqué midi pour l’ouverture des portes (techniquement, l’ouverture de l’ascenseur, car aussi étrange que cela paraisse, c’était pas des escaliers pour monter à la salle de concert). Après toute cette attente sous un soleil accablant, avec une heure de retard ou plus, on a finalement pu rentrer… les premières de la file, qui faisait tout le tour de la place tellement il y avait de monde.

Une fois dans la salle, on a couru comme des folles et on a réussi à être tout devant, et au milieu en plus, contre la barrière.

Une heure plus tard, You est arrivé...

Alors, d'abord, il portait une perruque afro comme pendant la chanson Mirror de la tournée Drug Party en 2006. J'ai pas pu me retenir, j'ai crié "SUPPON !" comme il fait lui-même dans le DVD. ça veut dire "à poil". Je l'ai pas crié très fort mais j'étais tout devant et près des caméras.

Quand il était sur scène, il n'y avait pas musique donc il pouvait nous entendre.

Pendant tout le show, j'ai dit plein de trucs débiles, beaucoup en anglais et j'ai peur qu'il les entende en regardant l'enregistrement vidéo, s'il les a pas entendus sur place. Il ne comprendra pas, mais il pourra demander à Gackt et cette perspective me stresse.
Style :
You - qu'est-ce qu'elle dit ? ça a l'air drôle, elle rit...
Gackt - eeeuh... elle a dit que t'avais un beau cul...

Je me rappelle même pas qui a dit "oho, nice ass" quand il nous tournait le dos. Sab, Emi ou moi, me souviens pas.

Mais on était déjà connues en tant que "les filles de devant qui bavent devant You". Voilà pourquoi :

ça s'est passé 30 minutes après le début du show.

Tout du long, Emi avait la bouche entrouverte. Elle était assise à côté de moi et je la trouvais marrante mais c'est tout. De l'autre côté, il y avait Rie, une de ses correspondantes, et à côté de Rie, Sab. Bon, à un moment Sab m'a dit "regarde Emi !" et elle l'a imitée, en faisant des gros yeux admiratifs et avec son doigt, a mimé de la bave qui coulait de sa bouche et elle a dit "gaaaaah" comme une débile.

J'étais en train de rire alors j'ai pas remarqué tout de suite que les trois présentateurs, donc Kensaku, Kazuya et You, nous regardaient.

Kensaku : "Regarde, You ! Les filles de devant font que de te regarder en bavant depuis le début !"
You : "Oh ? HAHAHAHAHA !!!!"

Et il nous a regardé avec un rictus fier, très "Gackt", style "je sais que je suis beau".

Et à partir de ce moment jusqu'à la fin (le truc durait 6 ou 7 heures), il a fait que de nous regarder. Petit Youkun peut être impressionnant quand il veut.

Et Kazuya... ce type, je me vengerai un jour. Quand il donné les autocollants que You avait créés, il était juste devant moi et me regardait avec un sourire, faisant mine de me donner l'autocollant... avant de le lancer plus loin. Heureusement, un mec à la sortie les distribuait, sinon j'aurais été fâchée.

Ce qui est sûr c'est que You se souviendra de nous, les 3 occidentales de devant, vu le nombre de fois où on s'est fait remarquer.

Le fait de l'avoir vu en vrai a fait qu'il a détrôné Gackt dans mon esprit ; ils sont maintenant les deux à égalité, alors qu'avant je préférais Gackt. You est tellement chou et gentil et drôle et tout !

Par contre Kazuya, je vais le TUER (encore) !

A la fin du contest, à la sortie :
Nous : "Il est où You ?"
Lui : "J'sais pas... il est peut être déjà parti... mais il est peut-être encore là..." GRRRRRR !!! je le hais je le hais !

samedi 6 octobre 2007

Yay

Me revoilà ! Je retrouve avec plaisir la moquette grise et les couloirs vitrés de l’aéroport de Narita. En plus, je ne suis pas malade, je suis même en pleine forme. Je parle haut et fort à la caméra d’Emi.

Mes bagages sont là. La valise d’Emi arrive en dernier sur le tapis roulant, on a eu un peu peur !

L’option Skyliner – le train avec les sièges qui tournent tout seuls – n’est pas là cette fois, on prend la limousine bus. Je sais pas pourquoi ça s’appelle comme ça, c’est un simple bus.

On déguste des snacks et du fanta, assises sur les sièges tout derrière. Et bien sûr on admire le paysage… il y a un grand soleil, il fait bon.

Notre hôtel se trouve à Ikebukuro. Le bus nous dépose et on prend un taxi.

Notre hôtel : Kimi Ryokan

L’hôtel est sur quelques étages. Il est perdu dans une ruelle quelque part au milieu des immeubles. L’entrée est dans un trou, il faut descendre un escalier sans heurter les plantes vertes. Et il faut se baisser pour passer la porte qui a visiblement été construite il y a 150 ans pour des gens de 1m50 (qui pigera la référence rira, mais ne cherchez pas à moins d’être fan des mêmes musiciens que moi).

Là, à l’entrée, se trouve ZE buffet-qui-pue. Le placard à chaussures. L’odeur est insoutenable.
Car Japon oblige, on ne garde pas ses chaussures aux pieds en entrant quelque part.

Dans l’hôtel, il y a une petite musique traditionnelle qui retentit. Je réaliserai par la suite qu’elle tourne en boucle de 6h30 du matin à 22h.

Le parquet est en bois très sombre. Les murs sont blancs. Notre chambre, la numéro 219, se trouve au premier étage, en face des lavabos et d’un grand miroir. Les douches sont creusées dans le mur, une de chaque côté des lavabos. Dans le couloir. Faut pas être timide.

La chambre maintenant :
Elle est grande et sent le renfermé. Les tatamis sur le sol sont beige clair. La fenêtre donne sur le mur d’en face. Mur rouge d’ailleurs. Le buffet est bleu marine, il y a un espace dessous. Il y a une table basse. Pas de lit, on déroule simplement les futons pour dormir.

La porte coulisse et elle est pas très silencieuse.

Il y a un truc incroyable pour allumer la lumière ! C’est moi qui ai eu l’idée de tester et on a vu que c’était ça. En fait il faut mettre la clé de la chambre dans un trou dans le mur. Sinon la lumière reste éteinte. Je vous demande un peu.
Faut pas être pété en rentrant un soir à 2h du matin.